François CEVERT
 F.CEVERT
Tyrrell Ford Cosworth
Jackie STEWART
 J.STEWART
Tyrrell Ford Cosworth
Emerson FITTIPALDI
 E.FITTIPALDI
Lotus Ford Cosworth

202e Grand Prix

LVII Grand Prix de France
Ensoleillé
4 juillet 1971 - Le Castellet
55 tours x 5.810 km - 319.550 km
Affiche
F1
Coupe

Le saviez-vous ?

Pilote
Constructeur
Moteur

La bonne œuvre de Paul Ricard

Le Grand Prix de France fait pour la première fois escale sur le circuit du Castellet dans le Var. Il a été conçu sous le patronage du magnat des alcools Paul Ricard qui désirait créer un circuit automobile. Celui-ci est situé sur mille hectares de rocaille dans les monts varois, sur la commune de Signes, entre Marseille et Toulon. De nombreux experts, dont Henri Pescarolo et Jean-Pierre Beltoise, ont participé au dessin du tracé. Les infrastructures sont très modernes pour l'époque. Les stands sont très grands et entourés d'un restaurant et d'une salle de presse.

 

La piste est bordée par des vibreurs et de larges zones de dégagements. Elle est constituée de courbes rapides, comme les S de la Verrerie ou le virage de Signes, ou plus lentes comme le dernier secteur, et à mi-parcours de la très longue ligne droite dite du Mistral (1800 mètres). Enfin, le climat méditerranéen enchante le paddock et les spectateurs.

 

Présentation de l'épreuve

Le championnat du monde semble devoir se jouer entre les deux meilleurs pilotes du moment, Jackie Stewart sur Tyrrell-Ford-Cosworth (24 points) et Jacky Ickx sur Ferrari (19 points). Si Stewart a assez nettement dominé le début de saison, le rapide circuit du Castellet semble donner un avantage au moteur douze cylindres de la Ferrari.

 

Matra, victime d'un mauvais début de saison, doit briller devant le public français. Chris Amon et Jean-Pierre Beltoise espèrent au moins un podium. Georges Martin a modifié le moteur V12 qui possède de nouvelles culasses et de nouveaux conduits d'admission, afin de permettre à la puissance maximale de survenir plus rapidement, ce qui est particulièrement important au Castellet à cause de la ligne droite du Mistral.

 

Les deux Tyrrell arborent un nouveau capot avant en forme de « bouclier », qui donne une apparence massive aux monoplaces. Des double disques de freins sont placés à l'avant depuis Zandvoort. Avec l'ajout des prises d'air, les Tyrrell ont beaucoup changé depuis le premier Grand Prix...

 

Mario Andretti est absent car retenu aux États-Unis. Seules deux Ferrari sont donc présentes en Provence. Ferrari est enfin débarrassée des grèves qui paralysaient l'activité de son usine. La victoire de Jacky Ickx à Zandvoort ne fait pas oublier les vibrations récurrentes causées par la mauvaise adéquation des pneus Firestone avec le train arrière. Pour les résorber, Mauro Forghieri a cette fois-ci l'idée d'installer des cylindres batteurs sur les porte-moyeux arrière pour modifier la fréquence et étudier l 'origine de ces perturbations. C'est un système que l'on trouve sur les... 2CV Citroën.

 

Chez BRM Pedro Rodríguez utilise toujours seul le moteur à nouvelles culasses, décidément peu facile à mettre au point. L'ingénieur motoriste Aubrey Woods planche encore sur une nouvelle version.

 

Lotus met provisoirement au placard sa voiture à turbine pour se concentrer sur la 72D qui possède un nouvel aileron à plan unique. Remis de ses blessures, Emerson Fittipaldi est de retour au volant, toujours assisté par Reine Wisell.

 

La mode des prises d'air continue de se répandre puisqu'elle désormais adoptée par McLaren et Brabham.

 

March est en proie à des difficultés financières, dues en partie aux frais d'entretien occasionnés par les moteurs Cosworth. Pour le GP de France, Max Mosley décide donc de monter dans la 711 de Ronnie Peterson un moteur Alfa Romeo. Robin Herd pense que ce moteur est plus compétitif au Castellet que le Cosworth. Mais surtout, l'entretien des moteurs chez Autodelta est gratuit... En tout cas les efforts de l'équipe sont tournés vers le jeune Suédois, véritable révélation de la saison, et qui en plus lutte pour le titre en Formule 2.

Le directeur d'Autodelta Carlo Chiti a imposé l'alternance entre ses deux poulains Andrea de Adamich et Nanni Galli dans la March-Alfa Romeo. De Adamich est engagé pour cette épreuve, tandis que Galli doit piloter une 711 à moteur Ford-Cosworth. Or, aucun DFV n'est disponible pour lui. Ce qui ne l'empêche pas d'effectuer quelques tours avec les voitures de Adamich ou de Soler-Roig.

 

Goodyear présente son nouveau pneu dur G27 qui cependant ne sera pas utilisé en course, à deux exceptions près. Firestone lance son pneu slick B27 utilisé par Ferrari, BRM, Surtees et Mazet sur sa March.

 

Deux pilotes français font leurs débuts devant leur public. Tout d'abord François Mazet, ancien champion de France de Formule 3, qui pilote une March 701 appartenant à Jo Siffert. En suite le Marseillais Max Jean (souvent appelé par erreur Jean-Max), engagé par Frank Williams grâce au soutien de Motul, et qui conduit lui aussi une vieille March 701. D'autres tricolores auraient pu faire leurs apparitions. Le jeune Jean-Pierre Jarier a essayé de s'aligner avec une March financée par Shell, tandis que Gérard Larrousse a été approché pour piloter une Surtees. Ces deux projets échouent.

 

Les qualifications

Stewart se montre le plus rapide lors des essais et réalise sa troisième pole position de la saison avec huit dixièmes de secondes d'avance sur Regazzoni. Ickx est relégué à une seconde pleine. Le Flat 12 Ferrari est donc battu par le V8 Cosworth... La surprise vient de Hill dont la Brabham, en net regain de forme, se hisse au quatrième rang. Il précède les BRM Rodríguez et Siffert. Cevert obtient une belle septième place, sa meilleure place depuis le début de l'année, devant les deux Matra de Beltoise et Amon. On fait la grimace chez les Bleus. Stommelen est dixième et précède Hulme, Peterson et Surtees.

 

Les Lotus déçoivent toujours: Wisell est 15ème et Fittipaldi 17ème. A domicile, Pescarolo est seulement dix-huitième. La dernière ligne est composée de Soler-Roig, Jean et Mazet.

 

Sans moteur disponible pour sa voiture, Galli n'est pas qualifié.

 

Le Grand Prix

Avant le Grand Prix, l'épreuve de Formule 3 est remportée par Dave Walker sur Lotus devant Patrick Depailler (Alpine) et le jeune et bouillant James Hunt (March). La course de Formule Renault a vu le succès de Jacques Laffite devant Alain Serpaggi.

 

Beltoise et Max Jean sont les seuls pilotes à chausser des pneus Goodyear durs. Ils vont le regretter...

 

La course se déroule sous un magnifique soleil estival.

 

Départ: Stewart prend le meilleur envol et s'empare de la première place devant Regazzoni et Rodríguez. Ickx, placé à l'intérieur, se retrouve « enfermé » dans les S de la Verrerie et perd beaucoup de places. Hill est également mal parti et se retrouve dixième.

 

1er tour: Stewart mène devant Regazzoni, Rodríguez, Beltoise, Amon, Cevert, Siffert, Ickx, Peterson et Hill.

 

2e: Stewart semble inarrêtable et a déjà 3.4 secondes d'avance sur Regazzoni. L'Écossais réalise le meilleur tour de la course: 1'54''09'''. Rodríguez est menacé par les deux Matra. Hill prend la neuvième place à Peterson.

 

3e: Cinq secondes séparent déjà Stewart et Regazzoni. Stommelen dépasse Peterson.

 

4e: Rodríguez dérape à la chicane et se fait doubler par Amon et par Beltoise. Peterson rencontre de grosses difficultés: il se fait doubler par Stommelen et par Surtees.

 

5e: Stewart a sept secondes et demie d'avance sur Regazzoni. Amon commence à rencontrer des problèmes de pneus. Il se fait doubler par Rodríguez et par Cevert. Ickx tombe en panne de moteur. C'est l'abandon pour le pilote belge. Soler-Roig renonce aussi suite à une panne de pompe à essence.

 

6e: C'est au tour de Beltoise de rencontrer des problèmes de pneus. Rodríguez lui reprend la troisième place. Siffert double Amon. Fittipaldi prend la neuvième place à Stommelen.

 

7e: Stewart est premier devant Regazzoni (10s.) et Rodríguez (16s.). Cevert double Beltoise dont les pneus Goodyear sont très peu performants. Victime de problèmes d'allumage, Hulme perd des places.

 

8e: Hill double Amon. Les Matra ne sont décidément pas dans le coup.

 

9e: Stewart prend déjà un tour à Mazet dont le moteur est peu performant. Surtees prend la dixième place à Stommelen.

 

10e: Stewart mène devant Regazzoni (10.7s.), Rodríguez (17.9s.), Cevert (20.3s.), Beltoise (22.7s.), Siffert (23.1s.), Hill (23.6s.), Amon (24.7s.), Fittipaldi (27.8s.), Surtees (32.4s.) et Wisell (33.8s.). Max Jean est à son stand à cause d'un problème d'embrayage.

 

11e: Très rapide, Hill double Siffert.

 

12e: Hulme est au stand McLaren pour essayer de résoudre ses soucis d'allumage. Hill déborde Beltoise et se retrouve cinquième. Il y avait longtemps qu'on n'avait pas vu le double champion du monde à pareille fête.

 

13e: Siffert prend la sixième place à Beltoise. Hulme a repris la piste.

 

15e: Cevert se rapproche de Rodríguez. Fittipaldi a doublé Beltoise et Amon. Schenken dépasse Surtees et se retrouve dixième.

 

18e: Ganley effectue une excursion hors-piste et perd deux places. Hulme renonce à cause de ses problèmes d'allumage.

 

20e: Stewart a quinze secondes d'avance sur Regazzoni. Rodríguez surveille Cevert dans ses rétroviseurs. Trois secondes et demie les séparent. Néanmoins, ces deux pilotes sont aussi menacés par Hill et par Siffert. Le moteur Alfa Romeo de Peterson explose à l'entrée de la ligne droite de la Bretelle.

 

21e: Peterson s 'arrête sur le bas-côté mais la piste est souillée d'huile. Stewart parvient à passer, mais Regazzoni part en tête-à-queue et heurte le rail par l'arrière droit. Hill dérape à son tour et éviter de justesse la Ferrari. Regazzoni sort de sa voiture, sur laquelle un triangle de roue est cassé, tandis que Hill emprunte la voie des stands.

 

22e: Stewart a vingt-sept secondes d'avance sur Rodríguez qui a semé Cevert. Hill fait remplacer une roue abîmée et repart en quinzième position.

 

25e: Schenken double Beltoise au virage du Pont et se retrouve septième.

 

27e: Stewart a trente secondes d'avance sur Rodríguez. Cevert est troisième à environ trente-cinq secondes. Il précède Siffert, Fittipaldi, Amon, Schenken, Beltoise, Wisell et Surtees.

 

28e: Rodríguez tombe en panne d'allumage. Il est contraint à l'abandon. Les deux Tyrrell sont en tête de la course.

 

30e: Stewart mène devant Cevert (39s.), Siffert (47.5s.), Fittipaldi (50.8s.), Amon (51.8s.), Schenken (55s.), Beltoise (1m. 05.2s.), Wisell (1m. 10s.) et Surtees (1m. 11.6s.).

 

32e: Le moteur de de Adamich casse dans la courbe de Beausset. Heureusement que l'entretien est gratuit chez Alfa Romeo...

 

33e: Tête-à-queue de Stommelen qui perd deux places dans cet incident.

 

35e: Wisell double Beltoise dont les pneus sont toujours aussi peu performants. Hill s'arrête dans les graviers suite à la rupture d'une canalisation d'huile.

 

37e: Siffert et Fittipaldi sont en bagarre pour la troisième place. Plus loin, Schenken prend la cinquième place à Amon.

 

38e: Amon repasse devant Schenken.

 

39e: Fittipaldi harcèle Siffert. Mais le pilote suisse parvient à semer quelque peu la Lotus dans les lignes droites.

 

40e: Stewart a trente-huit secondes d'avance sur Cevert. Fittipaldi parvient à doubler Siffert. Wisell part en tête-à-queue au virage du Pont. Il se fait doubler par Beltoise, Surtees et Pescarolo.

 

42e: Siffert attaque Fittipaldi. Schenken double Amon et s'empare de la cinquième place. Le jeune Australien est bien parti pour inscrire les premiers points de Brabham en cette saison.

 

43e: Tête-à-queue de Pescarolo au virage du Pont. Il repart derrière Wisell. Max Jean est de nouveau dans les stands.

 

44e: Siffert repasse devant Fittipaldi.

 

45e: Trente-cinq secondes séparent Stewart et Cevert. Wisell double Surtees. Pescarolo renonce à cause d'une panne de boîte de vitesses.

 

46e: Wisell passe Beltoise et retrouve la septième place qu'il avait perdue quelques boucles auparavant.

 

48e: Fittipaldi double Siffert. Mais celui-ci ne s'en laisse pas conter et menace le Brésilien.

 

49e: Stewart a trente-quatre secondes d'avance sur Cevert. Celui-ci est inquiet car son moteur émet des bruits curieux.

 

50e: Schenken est au ralenti au virage du Pont suite à une chute de pression d'huile. Il stoppe sa Brabham à l'entrée des stands. L'équipe de Ron Tauranac n'a toujours pas inscrit le moindre point en 1971...

 

51e: Fittipaldi sème Siffert dont le douze cylindres perd du régime.

 

52e: Fittipaldi est revenu à six secondes de Cevert. Le bruit du V8 du Français inquiète le stand Tyrrell. Mais celui-ci lève le pouce à son adresse: le son curieux est seulement dû à un tuyau d'échappement dessoudé.

 

54e: Amon rattrape Siffert en cette fin de course, mais il est trop loin pour l'attaquer. Wisell et Beltoise sont en bagarre pour la sixième place.

 

55ème et dernier tour: Jackie Stewart gagne son quinzième Grand Prix de F1, avec vingt-huit secondes d'avance sur son équipier Cevert. C'est le premier doublé de l'équipe Tyrrell. Fittipaldi est troisième et donne à Lotus son premier podium de la saison. Siffert termine quatrième devant Amon et Wisell. Beltoise finit septième et précède Surtees, Gethin, Ganley, Stommelen et Mazet. Max Jean finit à neuf tours du vainqueur et n'est pas classé.

 

Après la course

Si Jackie Stewart a effectué une éblouissante démonstration, le public français n'a d'yeux que pour François Cevert. Après un début de saison médiocre, le jeune Français donne enfin pleine satisfaction à Ken Tyrrell. François Guiter et Elf se félicitent d'avoir fait le bon choix en pariant sur ce jeune talent un an auparavant. Désormais, le beau François est la nouvelle coqueluche du sport français. Son bonheur éclipse les mauvaises performances des Matra. La cinquième place de Chris Amon ne parvient pas à satisfaire Jean-Luc Lagardère. Il voulait une victoire en Grand Prix pour 1971, et ses voitures ne peuvent même pas se battre pour le podium...

 

Grâce à son succès et à l'abandon d'Ickx, Stewart s'envole en tête du championnat des conducteurs. Il possède quatorze points d'avance sur le pilote Ferrari. Avec trois succès en cinq courses, l'Écossais trace sa voir vers la couronne mondiale.

Chez les constructeurs Tyrrell reprend la première place à Ferrari pour cinq longueurs. BRM émerge au troisième rang, mais a vingt-un points de retard sur Tyrrell...

Tony et Alain