Jackie STEWART
 J.STEWART
March Ford Cosworth
Jochen RINDT
 J.RINDT
Lotus Ford Cosworth
Jacky ICKX
 J.ICKX
Ferrari

189e Grand Prix

XVIII Grote Prijs van Nederland
Couvert
21 juin 1970 - Zandvoort
80 tours x 4.193 km - 335.440 km
F1

Le saviez-vous ?

Pilote
Constructeur
Moteur
Piers Courage (1942-1970)

Débuts de François Cevert et de Clay Regazzoni

Ken Tyrrell passe les semaines précédant l'épreuve de Zandvoort à chercher un remplaçant viable à Johnny Servoz-Gavin qui s'est retiré précipitamment après le GP de Monaco. Il hésite entre trois candidats possibles: Emerson Fittipaldi, Brian Redman et François Cevert. Sa préférence va à Fittipaldi, mais celui-ci est en contrat avec Lotus. De plus Colin Chapman a promis au Brésilien de le faire débuter en Formule 1 d'ici la fin de la saison. Restent Redman et Cevert. L'Anglais semble avoir l'avantage: il a déjà piloté en Formule 1 et triomphe en endurance au volant de la Porsche 908. Cevert est un bon pilote de Formule 2, sans plus. Mais le jeune Français bénéficie du soutien de François Guiter, le représentant d'Elf. Or la compagnie pétrolière française est le principal commanditaire de l'équipe Tyrrell... Cevert est donc finalement choisi, au grand étonnement de la presse. Ce jeune homme au palmarès fort mince devient l'équipier du meilleur pilote du monde, Jackie Stewart. Les journalistes anglais sont très critiques et écrivent qu'Elf a imposé ce choix à Tyrrell.

Mais très vite le paddock va s'habituer à la silhouette élégante de ce grand garçon au regard bleu, nouvelle coqueluche de la gent féminine.

 

Après Ignazio Giunti à Spa, Ferrari évalue un autre débutant, le Suisse Gianclaudio « Clay » Regazzoni. Âgé de 30 ans, c'est un pilote au style très spectaculaire, voire dangereux, qui s'est fait remarquer en F3 et en F2. En cette saison 1970, il est bien parti pour remporter le championnat d'Europe de Formule 2 au volant d'une Tecno. Ce pilote courageux voire casse-cou, n'ayant pour seule passion que la course automobile, a tout pour plaire au Commendatore Enzo Ferrari.

 

Présentation de l'épreuve

Les quatre premières épreuves du championnat 1970 ont connu autant de vainqueurs différents. Si Jack Brabham mène le classement des pilotes devant Jackie Stewart, au moins une demi-douzaine d'autres pilotes peut prétendre au titre mondial.

 

Colin Chapman et ses hommes ont beaucoup travaillé sur la 72 et présentent une version C, confiée à Jochen Rindt. John Miles se contente pour sa part de la médiocre version B apparue à Spa-Francorchamps. Mais la Lotus semble vraiment en progrès: Rindt a réalisé d'excellents chronos lors des essais privés réalisés à Zandvoort quelques jours avant la course.

 

Pour la première fois de la saison, George Eaton bénéficie à son tour d'une BRM 153 et espère faire jeu égal avec ses équipiers Pedro Rodriguez et Jackie Oliver.

 

McLaren fait son retour, sans son fondateur décédé, et sans Denny Hulme, blessé aux mains. Teddy Mayer a dû faire appel à deux nouveaux pilotes. A 39 ans, Dan Gurney effectue son retour en Formule 1 et doit faire partager sa grande expérience à une équipe décimée. A ses côtés apparaît le jeune Anglais Peter Gethin qui a remporté le championnat de F5000 pour le compte de l'écurie en 1969. Andrea de Adamich est également présent avec sa voiture à moteur Alfa Romeo, de même que John Surtees au volant de sa M7C privée. Denny Hulme est venu en Hollande soutenir ses équipiers.

 

Le pilote suisse Silvio Moser et son équipe sont de retour pour cette saison. Ils utilisent cette fois-ci une nouvelle voiture: la Bellasi F1 70. Elle a été conçue par l'ingénieur italien Vittorio Bellasi, associé à son père Guglielmo. Les deux hommes sont spécialisés dans la construction de châssis de Formule 3. La F1 70 possède un châssis en aluminium et utilise un moteur Ford-Cosworth ainsi que des pneus Goodyear.

 

Soutenu par Volkswagen, l'Américain Pete Lovely, âgé de 44 ans, pilote une Lotus 49C privée. Son seul objectif est de se qualifier.

 

On note les absences des voitures privées de Derek Bell et Alex Soler-Roig, ainsi que celle de Mario Andretti, toujours retenu aux USA.

 

Les qualifications

Les organisateurs ont décidé de qualifier d'office Stewart, Rindt, Ickx, Amon, Rodriguez, Brabham, Beltoise, Surtees, Hill et Gurney.

 

Rindt démonte au fur et à mesure des essais que sa 72 est désormais parfaitement au point. Il réalise sa première pole position de l'année avec quatre dixièmes de seconde d'avance sur Stewart. De son côté, Ickx confirme les progrès de la Ferrari 312B en la hissant au troisième rang. En deuxième ligne on retrouve Amon et Oliver. Regazzoni réalise une excellente performance en se qualifiant au sixième rang devant Rodriguez et Miles. Courage obtient la neuvième place avec sa De Tomaso et précède Beltoise. Gethin est onzième, devant Brabham qui a rencontré de nombreux soucis techniques. Cevert s'est qualifié en quinzième position après avoir littéralement suivi Stewart qui s'improvise « professeur » du jeune Français.

Siffert a toujours autant de mal à piloter la March officielle: il se retrouve seizième, derrière la March privée de Peterson.

 

Eaton est seulement 18ème avec sa nouvelle BRM, très loin de ses deux coéquipiers. Gurney n'obtient que la dix-neuvième place au volant de sa McLaren. De Adamich était vingtième mais il devançait Hill, qualifié d'office... L'Italien cède donc sa place sur la grille au vétéran britannique dont la vieille Lotus 49 ne semble plus dans le coup.

 

Stommelen, Lovely et Moser sont les autres conducteurs éliminés.

 

Le Grand Prix

Le départ de la course est avancé de 15 heures à 13 heures, afin de permettre aux spectateurs de suivre ensuite le finale Brésil-Italie de la Coupe du monde de football.

 

Départ: Stewart anticipe légèrement le départ puis se fait surprendre. Ickx part en tête devant Rindt. Oliver jaillit au troisième rang devant Stewart et Miles. Amon a grillé son embrayage et s'est fait doubler par tout le peloton.

 

1er tour: Ickx mène devant Rindt, Oliver, Stewart, Miles, Rodriguez, Courage, Beltoise, Regazzoni et Gethin. Amon regagne son garage pour renoncer.

 

2e: Ickx a une demi-seconde d'avance sur Rindt, tandis qu'Oliver et Stewart sont en bagarre. Miles est semé et se fait doubler par Rodriguez. Pescarolo prend la dixième place à Gethin.

 

3e: Dans la ligne droite principale, Rindt prend l'aspiration derrière Ickx et le déborde par l'intérieur à Tarzan. Regazzoni double Beltoise. Gurney est déjà contraint à l'abandon à cause d'une panne de boîte de vitesses.

 

4e: Stewart déborde Oliver à Tarzan. Regazzoni prend la septième place à Courage.

 

5e: Rindt a deux secondes d'avance sur Ickx et cinq secondes sur Stewart. Beltoise double Courage.

 

6e: Regazzoni fait un splendide début de course: il double Miles et se retrouve sixième. Courage repasse devant Beltoise.

 

8e: Rindt prend peu à peu de l'avance au commandement. Il a trois secondes d'avance sur Ickx. Stewart se rapproche du Belge. Oliver est très distancé.

 

10e: Rindt mène Ickx (4.2s.), Stewart (6s.), Oliver (14.1s.), Rodriguez (17.4s.), Regazzoni (28.1s.), Miles (34.4s.) et Courage (35s.), ce dernier étant talonné par Beltoise.

 

12e: Courage prend la septième place à Miles.

 

15e: Rindt semble bien installé en tête puisqu'il possède cinq secondes d'avance sur Ickx. Stewart est à sept secondes.

 

17e: Statu quo en tête de l'épreuve. En revanche, Courage, Miles et Beltoise mènent une lutte sévère pour la septième place.

 

19e: Gethin sort de la piste dans la courbe de Pulleveld. Il abandonne tandis qu'il occupait la dixième place.

 

20e: Rindt a huit secondes d'avance sur Ickx. Stewart suit ensuite à une douzaine de secondes. Les deux BRM d'Oliver et Rodriguez sont à plus de vingt secondes.

 

21e: Rodriguez prend la quatrième place à Oliver.

 

22e: Ickx réalise le meilleur tour de la course en 1'19''23'''. Hill s'arrête au stand Walker pour faire vérifier une suspension.

 

23e: Courage sort de la route à pleine vitesse dans la courbe du « pont est ». La De Tomaso percute les grillages de protection, effectue plusieurs tonneaux avant de s'embraser instantanément. Comme elle est construite en aluminium, l'incendie prend des proportions impressionnantes. Quelques pompiers se précipitent sur les lieux, tandis que Courage ne donne aucun signe de vie.

 

24e: Les voitures passent les unes après les autres devant le brasier. Celui-ci est si dense que les arbres se trouvant à proximité s'enflamment. Les spectateurs sont terrorisés; on assiste à un petit mouvement de panique. Les pompiers arrivent sur place et tentent d'éteindre le feu à l'aide de lances.

Hill est de nouveau à son stand pour faire refixer sa barre antiroulis qui s'est détachée. Oliver doit abandonner après avoir coulé une bielle.

 

25e: La course se poursuit sans qu'aucun pilote ne sache lequel de ses collègues est prisonnier des flammes, hormis Siffert, qui a dû s'arrêter non loin du lieu du drame à cause d'une panne de moteur. Il regagne tristement les stands.

 

27e: Surtees prend la septième place à Beltoise.

 

28e: Eaton renonce: un défaut du système de fixation de son réservoir d'huile a entraîné la casse de son moteur.

 

29e: L'incendie est peu à peu maîtrisé par les pompiers.

 

30e: Rindt mène avec une dizaine de secondes de marge sur Ickx. Stewart est à quinze secondes. Rodriguez est quatrième et précède Regazzoni, Miles, Surtees, Beltoise, Brabham et Pescarolo.

 

31e: Rodriguez doit s'arrêter au stand BRM car son capot avant se détache. Il perd beaucoup de temps dans cette mésaventure et repart en onzième position.

 

32e: Cevert était douzième lorsqu'une durite d'huile se perce sur sa March. L'embiellage se brise suite à cet incident et le jeune Français doit abandonner.

 

35e: L'incendie du virage du « pont est » est éteint après un lourd effort de la part des pompiers. Les commissaires peuvent s'approcher de l'épave et constatent le décès de Piers Courage. Il semblerait toutefois que le malheureux n'est pas mort asphyxié, mais tué par une de ses roues lors de la série de tonneaux. Son corps est évacué par une ambulance.

 

37e: La nouvelle de la mort de Courage commence à atteindre les stands.

 

40e: A mi-course, Rindt mène devant Ickx (11s.), Stewart (16.3s.), Regazzoni (25.8s.), Miles (40.1s.), Surtees (41s.) et Beltoise (42.2s.). Suivent Brabham, Pescarolo, Rodriguez, Peterson et Hill.

 

42e: Rindt continue d'accroître son avance sur Ickx, lequel ne peut lever le pied car Stewart le menace.

 

44e: Brabham doit s'arrêter à son stand à cause d'une crevaison. Il repart en dixième position.

 

47e: Surtees et Beltoise sont sur les talons de Miles qui semble en difficulté.

 

49e: Surtees prend la cinquième place à Miles. Le jeune Anglais se fait ensuite doubler par Beltoise.

 

50e: Ickx rencontre des problèmes de tenue de route et commence s'alarmer. Sa Ferrari souffre en fait d'une crevaison lente.

 

51e: Ickx s'arrête aux stands pour faire changer une roue arrière dégonflée. L'opération prend une trentaine de secondes et le pilote belge repart en quatrième position, en perdant un tour dans sa mésaventure. Rodriguez est une nouvelle fois à son garage pour faire fixer son capot.

 

53e: Rindt a plus de trente secondes d'avance sur Stewart. Ickx remonte sur son équipier Regazzoni qui a pris la troisième place.

 

55e: Ickx est revenu à deux secondes de Regazzoni.

 

56e: Surtees part en tête-à-queue à Panorama. Il reprend sa route après s'être fait doubler par Beltoise et par Miles.

 

58e: Ickx dépasse Regazzoni à Tarzan et se retrouve troisième.

 

59e: Brabham stoppe une deuxième fois à son stand à cause d'une nouvelle crevaison. Il reprendra la piste en onzième position, avec trois tours de retard sur Rindt.

 

60e: Rindt mène devant Stewart, relégué à trente-six secondes. Ce sont les seuls pilotes à rouler dans le même tour. Ickx est troisième devant Regazzoni, Beltoise, Miles, Surtees et Pescarolo.

 

63e: Rindt mène une fin de course tranquille, ménageant sa mécanique. Stewart n'est pas en mesure de l'attaquer.

 

65e: Trente-cinq secondes séparent Rindt et Stewart.

 

68e: Septième, Surtees remonte sur Miles dont il convoite le sixième rang.

 

70e: Rindt a trente-trois secondes d'avance sur Stewart. Suivent les deux Ferrari d'Ickx et Regazzoni, reléguées à un tour.

 

72e: Stewart reprend quelques dixièmes à Rindt mais il est bien trop loin pour pouvoir le menacer. L'Écossais se contente sagement de sa deuxième place.

 

74e: Surtees est revenu derrière Miles et l'attaque pour l'obtention du dernier point. Rindt arrive sur ces deux pilotes pour leur prendre un deuxième tour.

 

76e: Surtees déborde Miles. Le pilote Lotus est en difficulté en cette fin d'épreuve et va bientôt laisser passer son coéquipier.

 

79e: Rindt conclut le Grand Prix avec une trentaine de secondes d'avance sur Stewart.

 

80ème et dernier tour: Jochen Rindt remporte sa deuxième victoire de la saison, la première de la Lotus 72. Stewart est deuxième et le seul pilote à finir dans le même tour que l'Autrichien. Ickx finit troisième et inscrit enfin ses premiers points de la saison. Regazzoni a effectué de superbes débuts en Formule 1 et finit quatrième, exactement comme Giunti à Spa. Beltoise est cinquième tandis que Surtees inscrit le premier point de son écurie. Miles échoue au septième rang et précède Pescarolo, Peterson, Rodriguez et Brabham. Hill n'est pas classé.

 

Après la course

Sitôt extrait de sa voiture, Jochen Rindt apprend la mort de Piers Courage. Il est complétement bouleversé. Courage était sans aucun doute son meilleur ami. Les deux hommes étaient inséparables, voyageant ensemble sur les Grands Prix. Sa veuve Sally est aussi une amie proche de Jochen et Nina Rindt. Le podium est sinistre: Rindt, Stewart et Ickx étaient tous les trois très liés au défunt. Courage laisse deux enfants en bas âge, Jason et Amos...

Peu après, sous le coup de l'émotion, Rindt annonce à son épouse qu'il prendra sa retraite à la fin de la saison.

 

A l'écart des caméras et des micros, un autre homme est abattu. Frank Williams n'a pas seulement perdu un pilote, mais aussi un ami. Les deux hommes avaient le même âge, 28 ans, et de grands projets pour l'avenir. Williams voulait conduire Courage au plus haut niveau du sport automobile. En un instant, tout s'est effondré. Le jeune chef d'équipe est marqué à vie par cette disparition et, par une réserve que certains assimilent à de l'insensibilité, il ne s'attachera jamais plus à un de ses pilotes.

 

Sur le plan sportif, la Lotus 72 a enfin dévoilé tout son potentiel. Rindt a survolé la course et écœuré la concurrence. Chapman peut sourire: il a encore frappé un grand coup avec cette monoplace révolutionnaire. La saison 1970 vient de prendre un nouveau tournant.

 

Mais pour l'heure, Stewart reprend les rênes du championnat avec 19 points contre 18 à Rindt et 15 à Brabham. En ce qui concerne la coupe des constructeurs, March conserve l'avantage mais n'a plus que deux unités d'avance sur Lotus.

Tony