Jack BRABHAM
 J.BRABHAM
Brabham Ford Cosworth
Jochen RINDT
 J.RINDT
Lotus Ford Cosworth
Henri PESCAROLO
 H.PESCAROLO
Matra

187e Grand Prix

XXVIII Grand Prix Automobile de Monaco
Ensoleillé
10 mai 1970 - Monaco
80 tours x 3.145 km - 251.600 km
Affiche
F1
Coupe

Le saviez-vous ?

Pilote
Constructeur
Moteur
Dernier tour, épingle du Gazomètre, Jack Brabham rate son freinage et perd le Grand Prix.

Un nouveau mois s'est écoulé depuis le Grand Prix d'Espagne. Pour ce Grand Prix de Monaco, trois pilotes sont perçus comme les prétendants les plus sérieux à la victoire: Jackie Stewart, leader du championnat du monde, Jack Brabham et Denny Hulme. Jochen Rindt et Chris Amon semblent être des outsiders crédibles. Quant à Graham Hill, il envisage une sixième victoire en Principauté.

 

Fin avril s'est déroulé l'International Trophy à Silverstone. De nouveau les March ont triomphé: Chris Amon l'a emporté devant Jackie Stewart. Piers Courage a pris une excellente troisième place avec sa De Tomaso de l'équipe Williams.

 

Comme toujours de nombreuses vedettes sont venues assister au Grand Prix. Cette année on remarque particulièrement la star américaine Kirk Douglas.

 

Pour cette course, Lotus confie la nouvelle 72A, encore très imparfaite, à John Miles, tandis que Jochen Rindt va piloter l'ancienne mais plus sûre 49C. C'est encore un cadeau empoisonné fait à Miles car la 72 souffre de gros problèmes de freins...

 

Après quelques courses avec Vic Elford en 1969, l'équipe de Colin Crabbe est de retour avec une March 701, sous le nom d'Antique Automobile Racing Team. Crabbe a engagé comme pilote le Suédois Ronnie Peterson, 26 ans, vainqueur de la course de Formule 3 sur le Rocher la saison précédente. Cette équipe a peu de moyens et Peterson doit être très précautionneux: il n'a qu'un seul moteur Cosworth à sa disposition !

 

Mario Andretti ne dispute pas ce Grand Prix car il est retenu aux USA pour une autre course.

 

Dunlop continue d'innover et confie à Stewart un nouveau pneumatique à dessin très lisse. C'est un « quasi pneu slick ».

 

Les qualifications

Les essais se répartissent du jeudi au samedi. Comme en Espagne, dix pilotes sont automatiquement qualifiés. Comme seuls seize coureurs seront admis au départ, la concurrence est rude entre les onze non qualifiés d'office. Le premier jour, Stewart réalise le meilleur temps devant Amon, Hulme et Beltoise. Le lendemain des averses s'abattent sur la Principauté et les pilotes ne peuvent améliorer leurs temps. Afin de départager les « Onze », l'A.C.M. propose d'organiser une petite course de 23 tours dont les six premiers compléteront la grille pour le Grand Prix de dimanche. Mais les pilotes rejettent cette solution, et finalement une séance supplémentaire de trente minutes est organisée le samedi.

 

Stewart réalise sa deuxième pole position de la saison devant Amon. Les March 701 semblent donc très en verve sur ce tracé. Hulme et Brabham sont en deuxième ligne. Ickx hisse sa Ferrari au cinquième rang devant la Matra de Beltoise. Celui-ci précède son équipier Pescarolo. Rindt est huitième et précède Courage dont la De Tomaso apparaît de plus en plus véloce. McLaren est dixième. Les autres qualifiés sont Siffert, Hill, Peterson, Surtees, Oliver et Rodriguez.

Les éliminés sont Stommelen, de Adamich, Servoz-Gavin, Eaton et Miles dont la Lotus 72 s'est révélée inconduisible.

 

La non-qualification de Servoz-Gavin surprend la presse, car le jeune Français a toujours été excellent à Monte Carlo. Mais cette fois-ci il s'est montré brouillon et a heurté le rail à la chicane. Beaucoup notent sa grande dissipation. Johnny passe plus de temps avec des jolies filles qu'avec ses mécaniciens... Le samedi soir il organise même une grande fête pour célébrer son élimination !

 

Le Grand Prix

Avant le Grand Prix se déroule l'épreuve de Formule 3. Elle est remportée par l'Anglais Tony Trimmer sur Brabham, devant Jean-Pierre Cassegrain et Bev Bond. Le Français Jean-Pierre Jarier s'est fait remarquer en terminant sixième sur Tecno.

 

Graham Hill est relégué à la dernière place de la grille pour avoir changé de voiture après sa qualification.

 

Départ: Louis Chiron abaisse le drapeau monégasque. Stewart conserve la première place devant Amon et Brabham. Suivent Ickx, Beltoise et Hulme.

 

1er tour: Stewart mène devant Amon, Brabham, Ickx, Beltoise, Hulme, Rindt, Pescarolo, Courage, Siffert, McLaren, Surtees, Rodriguez, Peterson, Hill et Oliver.

 

2e: Stewart a deux secondes d'avance sur Amon, poursuivi par Brabham. Beltoise double Ickx à l'épingle du Gazomètre.

 

3e: Trois secondes entre Stewart et Amon. Pescarolo double Rindt au Gazomètre, non sans le pousser quelque peu. Rodriguez s'arrête chez BRM pour faire vérifier son câble d'accélérateur. Il perd un tour dans l'opération.

 

5e: Stewart a cinq secondes d'avance sur Amon, Brabham et Beltoise, roues dans roues. A une demi-seconde de ce groupe arrive un autre peloton composé d'Ickx, Hulme, Pescarolo, Rindt, Courage, Siffert et McLaren. Les autres sont distancés.

 

7e: Stewart a maintenant six secondes d'avance sur Amon qui ne parvient toujours pas à se défaire de ses poursuivants.

 

10e: Stewart mène devant Amon (7.5s.), Brabham (7.9s.), Beltoise (8.6s.), Ickx (9s.), Hulme (10s.), Pescarolo (10.2s.), Rindt (12.7s.), Courage (15.1s.), Siffert (17.8s.), McLaren (18.7s.) et Surtees (20.9s.). Les autres pilotes sont largement distancés.

 

12e: Ickx casse un arbre de roue à la Condamine. Le pilote Belge n'a plus qu'à regagne son garage pour renoncer.

 

14e: Stewart a une dizaine de secondes d'avance sur Amon qui mène toujours le même groupe.

 

15e: Surtees renonce à cause d'un problème de pression d'huile.

 

17e: Brabham menace de plus en plus Amon.

 

19e: McLaren se loupe à la chicane et heurte une barrière, détruisant son train avant. Il gagne son stand au ralenti et abandonne.

 

20e: Stewart mène devant Amon (12.4s.), Brabham (13s.), Beltoise (16.8s.), Hulme (18.4s.), Pescarolo (23.7s.), Rindt (24.3s.), Courage (28.1s.) et Siffert (28.6s.)

 

22e: Brabham dépasse Amon au Gazomètre et s'empare ainsi de la deuxième place.

 

23e: Beltoise s'arrête au stand Matra. Un arbre de transmission s'est brisé à l'arrière de sa voiture. Le Français abandonne.

 

25e: Une douzaine de secondes sépare Stewart et Brabham. Amon est troisième avec environ cinq secondes de marge sur Hulme et Pescarolo.

 

28e: Stewart entre à son stand à cause d'une panne d'allumage. Ses mécaniciens vont examiner la March. Brabham s'empare du commandement. Siffert double Courage et se retrouve sixième.

 

30e: Brabham mène avec deux secondes d'avance sur Amon. Stewart reprend la piste en dernière position.

 

32e: Amon se rapproche de Brabham. Pescarolo et Rindt sont en bagarre pour la quatrième place.

 

34e: Brabham a repris un peu de terrain par rapport à Amon. Les deux leaders s'apprêtent à prendre un tour à Hill.

 

36e: Rindt déborde Pescarolo au Gazomètre. Le voici au quatrième rang.

 

37e: Courage s'arrête au stand Williams pour changer sa crémaillère de direction qui est endommagée. L'opération va prendre beaucoup de temps.

 

38e: Rindt remonte assez rapidement sur Hulme qui perd l'usage de plusieurs rapports de boîte.

 

40e: Brabham est en tête devant Amon (2.6s.), Hulme (14.4s.), Rindt (15.6s.), Pescarolo (19.1s.) et Siffert (31.5s.). Hill est septième, à un tour.

 

41e: Rindt déborde Hulme; le voici désormais troisième.

 

42e: Pescarolo et Siffert sont en lutte pour la cinquième place.

 

44e: Siffert double Pescarolo. Le Suisse est maintenant en mesure de menacer Hulme. Oliver tombe en panne de moteur et ralentit après le tunnel, répandant de l'huile sur la piste.

 

45e: Oliver abandonne tandis que des commissaires tentent d'enlever l'huile que sa BRM a craché sur l'asphalte. Les pilotes les frôlent à 200 km/h...

 

46e: Siffert est revenu derrière Hulme.

 

47e: Siffert dépasse Hulme et se retrouve en quatrième position.

 

50e: Brabham mène devant Amon (3.9s.), Rindt (13.7s.), Siffert (20.5s.), Hulme (22.1s.) et Pescarolo (25.3s.). Suivent Hill et Peterson à un tour, puis Stewart et Rodriguez à deux tours. Courage est toujours arrêté à son stand.

 

52e: C'est au tour de Pescarolo de menacer Hulme.

 

54e: Pescarolo prend la cinquième place à Hulme.

 

55e: Brabham a quatre secondes d'avance sur Amon. Rindt est à quatorze secondes de l'Australien.

 

58e: Siffert n'est pas très rapide car sa pompe à essence est défaillante. Pescarolo le rattrape.

 

59e: Courage reprend enfin la piste après avoir perdu vingt-deux tours dans les stands.

 

60e: Stewart revient au stand Tyrrell, cette fois-ci définitivement car son moteur s'est grippé.

 

61e: Amon est au ralenti suite à un bris de suspension à l'arrière. Il est contraint à son troisième retrait en trois Grands Prix.

 

62e: A dix-huit tours du but, Brabham a quinze secondes d'avance sur Rindt. Siffert est troisième mais Pescarolo est dans ses roues.

 

63e: Pescarolo prend la troisième place à Siffert.

 

65e: Rindt est maintenant lancé à la poursuite de Brabham: il a repris deux secondes à ce dernier. Siffert est lent car son moteur ne reçoit plus assez d'essence. Hulme revient sur lui.

 

67e: Hulme dépasse Siffert et se retrouve ainsi quatrième.

 

68e: Rindt reprend plusieurs dixièmes de seconde par tour à Brabham.

 

70e: Brabham mène avec dix secondes d'avance sur Rindt. Pescarolo est troisième à une quarantaine de secondes de la tête. Hulme est quatrième, suivi de Siffert, Hill, Rodriguez et Peterson.

 

72e: Rindt est revenu à huit secondes et demie de Brabham.

 

74e: Rindt donne tout ce qu'il peut en cette fin de course: le voici à six secondes de Brabham. Hill prend la cinquième place à Siffert.

 

76e: Cinq secondes séparent Brabham et Rindt. Pescarolo est désormais à cinquante secondes du leader.

 

77e: Brabham a 4.8s. de marge sur Rindt. Siffert renonce: sa pompe à essence est hors d'usage. Rodriguez entre dans les points.

 

78e: Trois secondes entre Brabham et Rindt, alors qu'il reste deux tours à parcourir.

 

79e: Rindt se rapproche toujours de Brabham: à la fin du tour, l'écart est tombé à une seconde et demie.

 

80ème et dernier tour: Rindt est plus rapide que Brabham, et va même réaliser le meilleur tour (1'23''2'''), mais l'Australien semble avoir une marge suffisante pour remporter l'épreuve. Il sort du Portier avec toujours une seconde et demie d'avance. Il franchit sans encombre le Tunnel, la chicane et le Bureau de tabac, mais à l'abord du Gazomètre, il se retrouve derrière la McLaren de Hulme. Brabham panique inexplicablement. Il se place trop à l'intérieur, freine tard, bloque ses roues puis tire tout droit et heurte la barrière. Rindt franchit sans encombre le Gazomètre et passe la ligne d'arrivée en vainqueur ! Pendant ce temps-là, Brabham effectue une marche arrière et réussit tout de même à finir au deuxième rang.

 

Beaucoup plus loin, vient Pescarolo qui offre à Matra son premier podium pour son retour officiel. Hulme termine quatrième, avec seulement deux ou trois vitesses. Hill finit cinquième devant Rodriguez qui ouvre le compteur de points de BRM. Peterson termine septième pour son premier Grand Prix. Courage est à l'arrivée mais n'est pas classé.

 

Après la course

Sorti de sa Lotus, Jochen Rindt est embrassé par son épouse Nina puis félicité par Colin Chapman. Il rejoint ensuite le podium où l'attend le couple Grimaldi entouré des jeunes princesses Caroline et Stéphanie.

 

Ce dénouement est très cruel pour Jack Brabham: jamais un pilote n'avait perdu la première place dans le dernier tour. A 44 ans, malgré quinze saisons et trois titres de champion du monde de F1, il s'est fait piéger comme un débutant.

Néanmoins, il peut se consoler en se disant qu'il a repris le commandement du championnat du monde. Brabham possède 15 points contre 13 à Stewart et 9 pour Hulme et Rindt. Le classement des constructeurs est très serré: Brabham et McLaren ont 15 unités contre 14 à Lotus et 13 à March. Le compteur de Ferrari est toujours vierge.

Tony