Jack BRABHAM
 J.BRABHAM
Brabham Ford Cosworth
Jochen RINDT
 J.RINDT
Lotus Ford Cosworth
Denny HULME
 D.HULME
McLaren Ford Cosworth

191e Grand Prix

XXIII RAC British Grand Prix
Légérement nuageux
18 juillet 1970 - Brands Hatch
80 tours x 4.265 km - 341.200 km
Affiche
F1
Coupe

Le saviez-vous ?

Pilote
Constructeur
Moteur

Le Grand Prix de Grande-Bretagne à Brands-Hatch marque la mi-saison. Jochen Rindt et sa Lotus sont alors en tête du championnat des pilotes, avec 27 points, soit huit de mieux que Jack Brabham et Jackie Stewart. Brabham apparaît comme le principal adversaire de l'Autrichien, car sa voiture est compétitive et relativement fiable. Stewart lui, ne cesse de critiquer le comportement de la March 701 et ne croit guère en ses chances de titre. Il se consacre presque entièrement au développement de la future Tyrrell 001. Face à ce trio de favoris, les McLaren et les Matra n'apparaissent que comme des outsiders. Si elles sont rapides, les BRM manquent cruellement de fiabilité pour espérer menacer Rindt.

En cet été 1970, tout le monde surveille les progrès de la Ferrari 312 B, et surtout de son Flat 12. Jacky Ickx devient un prétendant sérieux à la victoire. Mais avec seulement quatre points inscrits, ses chances de se mêler à la lutte pour la couronne sont quasi nulles.

 

Pour ce Grand Prix de Grande-Bretagne, on compte plus d'engagés qu'à l'ordinaire. McLaren prépare ainsi quatre voitures pour Denny Hulme, Dan Gurney, Peter Gethin et Andrea de Adamich, ce dernier toujours motorisé par Alfa Romeo. Gethin devra finalement renoncer à son engagement. Après quatre courses d'absence, Mario Andretti est de retour au volant de sa March 701 commanditée par STP. Il bénéficie, comme Jo Siffert dans l'équipe officielle, d'un nouveau système de suspension.

Selon la règle de l'alternance, Clay Regazzoni reprend position dans la seconde Ferrari à la place d'Ignazio Giunti.

Un mois après le décès accidentel de Piers Courage, Williams fait sa réapparition avec la De Tomaso. Son pilote est Brian Redman qui triomphe en voitures de sport avec Porsche.

Enfin Lotus a préparé une troisième voiture officielle, une 49C, pour un jeune Brésilien de 23 ans nommé Emerson Fittipaldi. Celui-ci semble particulièrement doué. Arrivé en Europe un an et demi plus tôt, il a rapidement gravi les échelons jusqu'à la Formule 2. Colin Chapman songe à en faire le successeur de Jochen Rindt si ce dernier quitte effectivement la compétition à la fin de l'année.

 

John Surtees dévoile avec fierté la première création de ses ateliers, la Surtees TS7 conçue en collaboration avec Peter Connew. C'est une semi-monocoque avec freins suspendus, équipée d'un moteur Ford-Cosworth. Sa seule originalité réside dans son radiateur frontal placé presque horizontalement, ce qui donne à la voiture un nez très effilé. Surtees a songé à confier la McLaren avec laquelle il courrait jusqu'à présent à Trevor Taylor, mais le projet a échoué.

 

Colin Chapman et Maurice Philippe continuent d'améliorer la 72. Le radiateur d'huile a été déplacé tandis que Rindt dispose désormais d'une boîte à air contenant les trompettes d'admission. Chez Brabham, Ron Tauranac a modifié la BT33 en déplaçant les disques de frein arrière vers l'intérieur des portes-moyeux.

On note le forfait de Silvio Moser et de sa Bellasi à cause d'un désaccord sur les primes accordées aux entrants.

Au cours de ce week-end, Dunlop annonce son retrait de la Formule 1 à la fin de la saison 1970. Le manufacturier britannique va donc laisser Goodyear et Firestone face à face. Au moins aura-t-il introduit une innovation majeure en Formule 1 avant son départ: le pneu slick.

 

Les qualifications

Ces essais sont très serrés: les Lotus, Brabham, Ferrari et BRM semblent toutes pouvoir accrocher la pole position. En revanche, les Matra et les March sont à la peine. Le vendredi, Stommelen détruit sa voiture à Clearways. La Brabham est irréparable et le jeune Allemand va devoir déclarer forfait.

 

Rindt et Brabham réalisent exactement le même temps : 1' 24'' 8'''. Grâce à sa position au championnat, Rindt est crédité de la pole position. Ickx complète la première ligne et sera un adversaire très dangereux. Oliver a placé sa BRM au quatrième rang devant Hulme. Regazzoni confirme les espoirs placés en lui en obtenant la sixième place. Il précède Miles dont c'est la meilleure qualification depuis le début de l'année. Les March souffrent de problèmes de tenue de route et ne sont pas dans le coup. Stewart est seulement huitième. Il devance Andretti. Stommelen avait signé le dixième temps mais il est donc déclassé. Beltoise récupère sa place, suivi par Gurney et Pescarolo.

 

Parmi les déceptions on signale Rodriguez, accablé de problèmes de moteur et seulement 15ème, et surtout Amon, 17ème ! Surtees qualifie sa voiture au dix-neuvième rang. Fittipaldi n'a pas eu la tâche facile pour ses débuts mais arrache sa place sur la grille, en vingt-deuxième position. Hill voulait briller devant ses supporteurs mais il a rencontré des problèmes de distribution et n'est que 22ème. Lovely et Redman ferment la marche.

 

Le Grand Prix

Redman jette l'éponge le dimanche matin. La De Tomaso n'a pas cessé de casser ses arbres de transmission lors des essais, et comme toutes les pièces du lot semblent défectueuses, Frank Williams juge prudent de retirer la voiture.

 

Peu avant le départ, de Adamich renonce aussi à s'élancer à cause d'une fuite d'essence sur sa McLaren.

 

Départ: Rindt, Brabham et Ickx partent bien tous les trois et abordent de front le premier freinage. Finalement Ickx se place à l'extérieur et vire en tête à Paddock Hill, suivi par Brabham et Rindt. Puis viennent Oliver, Hulme, Regazzoni et Stewart. Hill a pris un superbe envol: il est passé de la 22ème à la 14ème place.

 

1er tour: Ickx mène devant Brabham, Rindt, Oliver, Hulme, Regazzoni, Stewart, Beltoise, Miles et Andretti.

 

2e: Ickx compte une seconde d'avance sur Brabham, lequel surveille Rindt et Oliver.

 

3e: Brabham, Rindt et Oliver sont roues dans roues.

 

5e: Ickx a une seconde et demie d'avance sur Brabham. Rodriguez s'arrête à son stand pour changer ses pneus avant. Il repart en dernière position.

 

6e: Rindt se fait de plus en plus pressant derrière Brabham. Hulme, Regazzoni, Stewart et Beltoise se battent pour la cinquième place.

 

7e: Rindt déborde Brabham à Paddock Hill. Peu après, Ickx se retrouve au ralenti, en panne de différentiel. Le jeune pilote belge n'a plus qu'à regagne son stand, laissant Rindt au commandement.

 

8e: Rindt se retrouve en tête avec une seconde de marge sur Brabham. Oliver a perdu du terrain par rapport aux deux premiers.

 

10e: Rindt est en tête devant Brabham (1.5s.), Oliver (5.9s.), Hulme (12.1s.), Regazzoni (13.5s.), Stewart (14s.), Beltoise (14.3s.), Miles (16.9s.) et Pescarolo (19.1s.). Suivent Andretti, Peterson, Siffert et Hill.

 

11e: Eaton revient au stand BRM où il doit renoncer à cause d'un problème de pression d'huile.

 

12e: Deux secondes séparent Rindt et Brabham.

 

13e: Regazzoni commet une légère erreur et se fait doubler par Stewart et par Beltoise.

 

14e: Miles est au stand Lotus car son boîtier d'allumage est défectueux. Peter Warr ordonne aux mécaniciens de changer la pièce, ce qui va prendre plusieurs minutes.

 

15e: L'écart entre Rindt et Brabham n'augmente plus. Oliver ne parvient pas à suivre leur rythme et roule isolé à la troisième place.

 

18e: Après être reparti pour deux tours, Miles met pied à terre à cause d'un problème de distribution.

 

19e: Pescarolo s'arrête au stand Matra à cause d'une crevaison. Il fait changer ses roues et repart en dix-septième position.

 

20e: Rindt est en tête devant Brabham (2.1s.), Oliver (12.6s.), Hulme (25.1s.), Stewart (26.3s.), Beltoise (26.6s.) et Regazzoni (28.5s.). Le moyeu de la nouvelle suspension dont dispose Siffert se brise, à cause du cisaillement d'un boulon. Jo n'a plus qu'à regagner son stand pour un nouvel abandon.

 

21e: Andretti occupait la huitième place mais il doit retourner à son garage. Ses mécaniciens s'aperçoivent que sa suspension souffre du même mal que celle de Siffert. L'Italo-Américain renonce.

 

24e: Beltoise entre au stand Matra car il souffre d'une crevaison. Après changement du pneu dégonflé, il repart en quatorzième position.

 

25e: Brabham a repris quelques dixièmes à Rindt, qui toutefois n'est pas inquiété pour le moment. Beltoise est encore aux stands: la roue de rechange montée un tour plus tôt est mal centrée. Gérard Ducarouge ordonne à son pilote d'abandonner pour éviter un pépin.

 

27e: Peterson et Hill sont en lutte pour la septième place.

 

29e: Hill dépasse Peterson.

 

30e: Rindt a deux secondes d'avance sur Brabham. Oliver se trouve à dix-huit secondes du pilote autrichien. A une trentaine de secondes viennent Hulme, Stewart et Regazzoni qui se bagarrent. Puis se trouvent Hill, Peterson, Gurney et Surtees.

 

32e: Regazzoni prend la cinquième place à Stewart.

 

33e: Peterson subit une crevaison et doit rejoindre son stand pour changer de pneu. De plus, son embrayage est abîmé et le Suédois ne va ressortir des stands qu'avec près de dix minutes de retard.

 

35e: Brabham semble désormais plus rapide que Rindt. L'écart entre eux n'est plus que d'une seule seconde. Bien plus loin, Oliver occupe toujours solidement la troisième place.

 

36e: Surtees prend la huitième place à Gurney.

 

38e: Brabham est à moins d'une seconde de Rindt et met la pression sur ce dernier.

 

40e: Rindt est premier devant Brabham (0.7s.), Oliver (21.7s.), Hulme (46.9s.), Regazzoni (48s.), Stewart (52.4s.), Hill (1m. 22s.), Surtees (1m. 22.4s.) et Gurney (1m. 23.3s.)

 

42e: Surtees double Hill et se retrouve ainsi au septième rang.

 

43e: Rindt réalise son meilleur tour de l'épreuve en 1'27''0'''. Pescarolo sort de la piste à Clearways et percute les protections avec violence. La Matra est complétement détruite. Pescarolo sort de sa voiture mais il souffre d'une légère commotion et devra être examiné par un médecin.

 

44e: Amon prend la neuvième place à Gurney.

 

45e: Rindt et Brabham se suivent, quasi roues dans roues, mais l'Australien ne parvient pas à doubler l'Autrichien.

 

48e: Cinq dixièmes séparent seulement Rindt et Brabham qui offrent au public britannique un superbe duel.

 

50e: Statu quo au commandement: Rindt et Brabham se tiennent en un mouchoir de poche. Oliver est troisième à vingt-cinq secondes. Hulme et Regazzoni se trouvent à une cinquantaine de secondes. Ils ont semé Stewart qui ne semble pas très rapide. Les autres pilotes sont relégués à un tour.

 

51e: Surtees a des ennuis avec sa pression d'huile. Il regagne son garage pour renoncer. C'est fort dommage car il pouvait placer sa voiture dans les points dès sa première sortie.

 

53e: Stewart subit une crevaison et s'arrête pour changer de gommes. Une fois l'opération effectuée, l'Ecossais remet le contact. C'est alors que la canalisation de commande d'embrayage se rompt. Le liquide prend feu, et la March avec lui. Stewart a juste le temps de sortir de sa voiture avant que ses mécaniciens ne maîtrisent l'incendie. C'est en tout cas l'abandon pour le champion du monde.

 

55e: Le moteur d'Oliver part en fumée. C'est la désolation chez BRM: le pilote anglais avait mené une course exemplaire mais il n'est de nouveau pas récompensé de ses efforts.

 

56e: Le moteur d'Oliver a répandu de l'huile sur la piste, contraignant les pilotes à la prudence.

 

57e: Cevert apparaît à la huitième place après avoir doublé Fittipaldi.

 

58e: Brabham met de plus en plus la pression sur Rindt.

 

60e: Rindt est en tête avec seulement deux dixièmes d'avance sur Brabham. Suivent Hulme (1m. 01s.) et Regazzoni (1m. 02s.). Tous les autres pilotes, à savoir dans l'ordre Hill, Amon, Gurney, Cevert et Fittipaldi, sont relégués à un tour.

 

61e: Rodríguez sort de la route à Druids et percute les protections. Les trois RBM sont hors course.

 

62e: Brabham commence à attaquer Rindt qui pour le moment lui résiste bien. Gurney revient à son stand avec un souci de pression d'huile. L'Américain renonce.

 

64e: Rindt et Brabham poursuivent leur passionnant duel. Bien plus loin, Hill et Amon luttent pour la cinquième place.

 

66e: Lovely s'arrête pour la deuxième fois à son stand à cause d'une crevaison.

 

67e: Brabham est à quelques mètres de Rindt mais celui-ci conserve toujours le commandement.

 

69e: En arrivant à Paddock Hill, Rindt rate un changement de vitesses. Brabham saisit alors l'occasion et double la Lotus sans coup férir. Le voici enfin en tête du Grand Prix !

 

70e: Brabham s'échappe et semble filer vers la victoire. Il réalise le meilleur tour en course: 1'25''9'''. Rindt n'a plus les moyens de le suivre. Amon prend la cinquième place à Hill.

 

72e: Maintenant qu'il a la voie libre, Brabham s'en donne à cœur joie: il a déjà cinq secondes d'avance sur Rindt qui a renoncé à le poursuivre.

 

75e: A cinq tours du but, Brabham s'est forgé une marge de onze secondes sur Rindt.

 

77e: Si la lutte pour la victoire semble close, il n'en va pas de même pour la troisième. En effet, Regazzoni est revenu derrière Hulme.

 

79e: Quinze secondes séparent Brabham et Rindt.

 

80ème et tour: Brabham entame tranquillement le dernier tour et se dirige vers sa quinzième victoire. Lorsqu'il arrive à la descente vers Clearways, son moteur se met à tousser... Le BT33 n'a plus d'essence ! L'Australien coupe son moteur pour essayer de franchir le virage Clark puis la ligne d'arrivée dans son élan... mais derrière lui surgit Rindt qui le double sans mal et franchit la ligne d'arrivée en vainqueur. Dépité, Brabham parvient à rallier le drapeau à damiers avant de stopper sa voiture à l'entrée des stands. Hulme termine troisième et donne à l'équipe McLaren son premier podium depuis le décès de son fondateur. Il précède de justesse Regazzoni qui termine quatrième pour la deuxième fois de suite. Handicapé par des problèmes de tenue de route, Amon finit cinquième devant le héros local Graham Hill. Cevert termine septième devant Fittipaldi et Peterson. Lovely n'est pas classé.

 

Après la course

Jack Brabham sort de son bolide avec son flegme habituel, mais intérieurement il est abattu. Pour la deuxième fois après Monaco, Jochen Rindt lui chipe la victoire dans les derniers mètres. Pire encore, cette fois-ci il n'a commis aucune faute. Visiblement ses mécaniciens ont oublié un ou deux litres d'essence dans son réservoir.

Jochen Rindt est en revanche ravi de ce succès qui n'est pas immérité: n'a-t-il pas résisté aux assauts de son ancien patron pendant soixante tours ? Ce troisième succès consécutif lui ouvre en tout cas la voie vers le titre mondial. A ses côtés sur le podium, son épouse Nina est contente: plus vite Jochen sera sacré, plus vite il quittera la Formule 1...

 

Rindt se fait toutefois une frayeur quelques heures après la course lorsque les commissaires examinent les ailerons de sa Lotus, soupçonnés d'être trop larges. L'organisateur Dean Delamont annonce même sa disqualification. Mais finalement, après un nouvel examen, la 72 est jugée conforme et Rindt conserve sa victoire.

 

Au championnat, Rindt possède en effet 36 points, soit onze de plus que Brabham qui semble être désormais son seul adversaire sérieux. Chez les constructeurs, Lotus creuse l'écart sur March et possède maintenant huit points d'avance sur la marque de Max Mosley... qui doit bien plus ce résultat à l'écurie Tyrrell qu'à l'équipe officielle...

Tony