Jacky ICKX
 J.ICKX
Ferrari
Jochen RINDT
 J.RINDT
Lotus Ford Cosworth
Denny HULME
 D.HULME
McLaren Ford Cosworth

192e Grand Prix

XXXII Grosser Preis von Deutschland
Ensoleillé
2 août 1970 - Hockenheim
50 tours x 6.789 km - 339.450 km
Affiche
F1
Coupe

Le saviez-vous ?

Pilote
Constructeur
Moteur

Déménagement du Grand Prix d'Allemagne

Le Grand Prix aurait dû se disputer comme d'habitude sur le Nürburgring. Or depuis plusieurs années les pilotes pointent l'absence de sécurité sur ce tracé. A la fin du printemps, le GPDA charge Jochen Rindt d'effectuer une inspection du tracé. Lors du Grand Prix de France, l'Autrichien fait son rapport devant ses collègues et conclut que de nombreux travaux doivent être effectués pour garantir un minimum de sécurité. Emmenée par Jackie Stewart, la majorité des pilotes décident de ne pas prendre part à la course si les aménagements désirés ne sont pas réalisés. Or le délai est bien trop court pour satisfaire les pilotes. L'Automobile club d'Allemagne propose donc au GPDA d'organiser le Grand Prix sur le circuit d'Hockenheim jugé plus sûr. Les pilotes acceptent cette proposition.

 

Le tracé d'Hockenheim, situé dans le Bade-Wurtemberg, n'a guère d'intérêt. Il est composé d'une section très rapide qui traverse la forêt et d'une courte portion sinueuse entourée de tribunes, le « Stadium ». Le circuit est tristement célèbre pour avoir été le théâtre de l'accident mortel de Jim Clark en 1968. La Lotus du champion écossais avait quitté la route à pleine vitesse avant de se fracasser contre un arbre. Depuis, les organisateurs ont construit deux chicanes pour ralentir les bolides et ont installé des rails tout autour de la piste.

 

Présentation de l'épreuve

En arrivant en Allemagne, Jochen Rindt possède onze points d'avance sur Jack Brabham au championnat du monde. Le jeune Autrichien a remporté les trois derniers Grands Prix et semble se diriger tout droit vers le titre mondial. Néanmoins sa tâche n'est pas si aisée qu'elle peut le paraître. S'il a dominé à Zandvoort, il a dû batailler ferme pour triompher à Charade et à Brands-Hatch. Son dernier succès britannique n'a même été obtenu que grâce à la panne d'essence qui a frappé Brabham à quelques mètres de l'arrivée. Aussi, on demeure vigilent chez Lotus. De plus, les relations entre Rindt et son patron Colin Chapman tournent à l'aigre. Le pilote ne se sent guère en sécurité au volant de la 72, voiture très rapide, mais aussi peu fiable. Mais Chapman, comme à son habitude, accorde plus de soin aux performances de ses créations qu'à leur sécurité. En tout cas les deux hommes ne se parlent presque plus et communiquent surtout par l'intermédiaire de Bernie Ecclestone, l'agent de Rindt.

 

Ferrari engage de nouveau Clay Regazzoni, préféré à Ignazio Giunti grâce à ses excellents résultats à Zandvoort et à Brands-Hatch, et aussi parce qu'il a déjà couru à Hockenheim en Formule 2. Chez Lotus, une 49C est toujours alignée pour Emerson Fittipaldi. Ce sera le cas jusqu'à la fin de la saison.

 

Dan Gurney a été contraint de quitter McLaren car la marque d'huile le finançant est une rivale de celle utilisée par l'équipe. Du coup Peter Gethin le remplace en tant qu'équipier de Denny Hulme.

 

George Eaton est absent car son inscription n'a pas été enregistrée par les organisateurs.

 

Hubert Hahne, pilote allemand réputé associé à BMW, a acheté une March 701 pour participer à cette course sous son propre nom.

 

Les qualifications

Le mode de sélection des pilotes est très particulier puisque la plupart des pilotes sont qualifiés d'office, excepté Peterson, Moser, de Adamich, Redman et Hahne qui doivent se partager la vingt-et-unième et dernière place.

 

Sur ce circuit très rapide, les moteurs douze cylindres semblent avoir un avantage. Cela se confirme lors des essais qui sont globalement dominés par les Ferrari. Toutefois la Lotus 72 de Rindt, grâce à son excellent aérodynamisme, est aussi une concurrente sérieuse; Finalement, Ickx réalise le pole position avec seulement deux dixièmes de marge sur Rindt. Regazzoni est troisième à un petit dixième de l'Autrichien. La surprise vient de Siffert: jusqu'alors inexistant cette saison, le Suisse se hisse au quatrième rang. Il précède Pescarolo et Amon. Stewart est septième devant la BRM de Rodriguez. Andretti et Miles occupent la cinquième ligne. Le jeune Anglais est toujours accablé par la malchance: il a cassé deux moteurs, le samedi puis le dimanche matin !

 

Les Brabham ne sont pas très performantes sur ce tracé puisque Stommelen et Brabham se retrouvent en sixième ligne. Fittipaldi progresse et s'est qualifié au treizième rang devant Cevert et Surtees. Hulme ne dispose pas d'un moteur très performant, d'où une décevante quinzième place. Déceptions aussi pour Gethin et Oliver, relégués en neuvième ligne. Suivent Peterson et Hill. Beltoise est 21ème et dernier qualifié: une importante fuite d'huile a noyé son moteur et l'a empêché de participer aux dernières séances. Il est sauvé par sa qualification d'office car, en cas de séance ouverte, Redman aurait pris sa place sur la gille...

 

Redman, de Adamich, Moser et Hahne ne sont pas qualifiés. Hahne n'est pas du tout content de la March qui lui a été livré, au point de faire un procès à l'usine, qu'il perdra.

 

Le Grand Prix

Celui-ci se déroule sous un beau et chaud soleil estival.

 

Départ: Ickx prend un meilleur envol que Rindt, mais c'est Siffert qui part le mieux à l'intérieur et aborde en tête le premier freinage, lorsqu'Ickx plonge dans le virage et coupe autoritairement la route au Suisse. Suivent Rindt, Pescarolo, Regazzoni et Amon. Brabham grille son embrayage et reste scotché, avant de finalement pouvoir s'élancer avec trente secondes de retard.

 

1er tour: Rindt déborde Siffert peu avant l'Ostkurve.

Ickx mène devant Rindt, Siffert, Regazzoni, Pescarolo, Amon, Rodriguez, Stewart, Andretti et Miles. Gethin entre aux stands à cause d'un souci avec son accélérateur.

 

2e: Regazzoni prend la troisième place à Siffert. Pescarolo se fait doubler par Amon, puis par Stewart. Rodriguez a perdu quatre places. Oliver est huitième après avoir doublé Andretti et Miles.

 

3e: Ickx a une seconde d'avance sur Rindt. Oliver double Pescarolo, tandis que Rodriguez repasse devant Miles.

 

4e: Ickx a du mal à contenir Rindt qui semble plus véloce dans la portion rapide du circuit. Beltoise regagne le garage Matra. Un triangle inférieur de suspension s'est brisé et le Français renonce. Abandon aussi pour Gethin à cause de son souci d'accélérateur.

 

5e: Ickx, Rindt et Regazzoni se détachent quelque peu en tête, tandis que Siffert est attaqué par son équipier Amon. Les deux March sèment le reste du peloton. Une importante fuite d'huile se déclare sur la voiture de Brabham. Le vétéran est contraint à l'abandon. C'est peut-être le tournant du championnat.

 

6e: Amon double Siffert. Stewart effectue un tête-à-queue dans le Stadium et doit laisser passer tout le peloton avant de repartir. Oliver casse un nouveau moteur et renonce pour la huitième fois cette année.

 

7e: Rindt déborde Ickx dans la première ligne droite. Le Belge se fait ensuite doubler par son équipier Regazzoni. Amon se rapproche de ce trio.

 

8e: Ickx reprend la deuxième place à Regazzoni. Rodriguez subit une panne d'allumage et doit stopper. Les deux BRM sont une nouvelle fois hors course.

 

9e: Rindt, Ickx, Regazzoni, Amon et Siffert sont très proches. La victoire va sans doute se jouer entre ces cinq pilotes.

 

10e: Ickx attaque Rindt dans le Stadium et reprend le commandement. En fin de tour, Ickx mène devant Rindt (0.4s.), Regazzoni (1.2s.), Amon (1.4s.), Siffert (2.1s.), Pescarolo (14.1s.), Miles (18.5s.), Surtees (19.1s.) et Stommelen (19.7s.).

 

11e: Les deux Ferrari encadrent Rindt. La Lotus 72 est la plus rapide dans les lignes droites et a une excellente tenue de route. En revanche le bolide italien est meilleur à l'accélération, et donc dans la portion sinueuse du tracé. Surtees double Miles.

 

12e: Regazzoni double Rindt dans le Stadium. Peterson casse son moteur et doit abandonner. Il occupait la douzième place.

 

13e: Rindt repasse devant Regazzoni dans une ligne droite.

 

14e: Surtees prend la sixième place à Pescarolo.

 

15e: Les trois leaders poursuivent leur combat, surveillés par Amon qui demeurent en retrait. Hulme remonte et se retrouve dixième après avoir doublé Fittipaldi. Andretti effectue un tête-à-queue. Au redémarrage, il enraye sa boîte de vitesses. Il rentre à son garage pour abandonner.

 

16e: Miles prend la septième place à Pescarolo.

 

17e: Hulme double Stommelen et se retrouve neuvième.

 

18e: Rindt se place dans le sillage d'Ickx dans la première ligne droite et lui reprend la première place.

 

20e: Rindt, Ickx et Regazzoni sont roues dans roues, essayant de se décaler dans les portions rapides. Amon est à une seconde de ce trio. Siffert a en revanche lâché prise et est relégué à plus de quinze secondes. Surtees le rattrape.

 

21e: Regazzoni surprend Ickx et se retrouve deuxième. Stewart est au stand Tyrrell où il renonce, moteur cassé.

 

22e: Rindt est à la peine dans les trois derniers virages. Regazzoni en profite pour le doubler. Le voici pour la première fois en tête d'un Grand Prix.

 

24e: Regazzoni commet une légère faute et se fait doubler par Rindt, puis par Ickx et Amon. Il n'est plus que quatrième. Miles roule à faible allure car son Cosworth part en fumée. Il n'y a plus que douze voitures en lice.

 

25e: Regazzoni repasse devant Amon. Rindt est premier devant Ickx (0.9s.), Regazzoni (1.9s.), Amon (2.2s.), Siffert (27.2s.), Surtees (28.7s.), Pescarolo (35.9s.), Hulme (36.6s.) et Stommelen (47.6s.).

 

26e: Ickx déborde Rindt dans l'Ostkurve et retrouve la première place.

 

27e: Surtees prend la cinquième place à Siffert qui rencontre des problèmes d'allumage et d'alimentation.

 

28e: Hulme double Pescarolo et se retrouve septième.

 

29e: Regazzoni attaque Rindt et s'empare de la deuxième place.

 

30e: Tandis qu'Ickx se maintient en tête, Regazzoni et Rindt se bagarrent. L'Autrichien repasse devant le Suisse. Amon se place aussitôt derrière la Ferrari.

 

31e: Regazzoni part en tête-à-queue à l'actuelle Elfkurve. Lorsqu'il essaie de repartir, il s'aperçoit qu'il n'a plus de transmission. Il doit donc abandonner. Beaucoup plus loin, Siffert est sous la menace de Hulme et de Pescarolo.

 

32e: Rindt attaque Ickx dans une des lignes droites et reprend la première place. Hulme et Pescarolo doublent Siffert.

 

34e: Rindt, Ickx et Amon se tiennent en quelques dixièmes de seconde. Surtees est quatrième, à près de quarante secondes de la tête de course.

 

35e: Amon lève soudainement le pied: de la fumée s'échappe de sa March. Lui aussi vient de casser son moteur, laissant Rindt et Ickx face à face.

 

36e: Ickx double Rindt dans le Stadium. Plus loin, Pescarolo prend la quatrième place à Hulme.

 

38e: Ickx et Rindt sont roues dans roues. L'Autrichien est généralement le plus rapide dans la portion rapide, tandis que le Belge est très à l'aise dans le Stadium.

 

39e: Hill occupait l'avant-dernier rang lorsqu'il renonce, moteur en panne.

 

40e: A dix tours du but, Ickx et Rindt sont toujours en bagarre. Viennent ensuite Surtees (40s.), Pescarolo (56.3s.) et Hulme (57s.). Suivent Siffert, Fittipaldi, Stommelen et Cevert.

 

42e: Rindt met une très forte pression sur les épaules d'Ickx, mais pour l'heure celui-ci tient bon.

 

44e: Rindt attaque Ickx dans la première ligne droite et récupère le commandement. Pescarolo a perdu l'usage de sa cinquième vitesse et se fait doubler par Hulme.

 

45e: Dans le Stadium, Ickx reprend la première place des mains de Rindt. Les deux hommes vont se battre jusqu'au bout.

 

46e: Rindt est de nouveau dans les échappements d'Ickx. Pescarolo s'arrête à son stand pour savoir s'il peut continuer en quatrième vitesse. On le renvoie en piste mais il n'est plus que septième, derrière Siffert et Fittipaldi.

 

47e: Rindt repasse devant Ickx. Grosse déception pour Surtees, trahi pour son moteur. L'Anglais pouvait faire monter sa machine sur le podium dès sa deuxième course... Hulme récupère la troisième place. Fittipaldi prend la quatrième place à Siffert.

 

48e: Dans une ligne droite, Ickx est pour une fois le plus rapide... et double Rindt. Mais l'Autrichien se colle aussitôt derrière la Ferrari. Stommelen double Pescarolo.

 

49e: Rindt déborde Ickx dans la première ligne droite. En revenant vers le Stadium, ils passent devant Siffert, dont la March est tombée en panne de moteur. Le Suisse s'arrête dans le gazon. Rindt réalise son meilleur chrono de l'après-midi: 2'00''6'''.

 

50e: Rindt attaque ce dernier tour avec cinq dixièmes de secondes d'avance sur Ickx. Celui-ci va jeter ses dernières forces dans la bataille, au point de réaliser le meilleur tour de la cours (2'00''5''), mais son rival conserve l'avantage.

Jochen Rindt entre dans le Stadium salué par la foule et remporte sa quatrième victoire consécutive, la sixième de sa carrière. Colin Chapman jette sa casquette dans les airs. Ickx finit deuxième après avoir mené un superbe combat. Hulme termine troisième, à 1m. 21s. du vainqueur. Fittipaldi termine quatrième dès son deuxième Grand Prix. Stommelen est cinquième à domicile. Pescarolo se classe sixième, privé de cinquième vitesse. Handicapé par un moteur ne dépassant pas les 8000 tours/minute durant toute l'épreuve, Cevert est septième et ferme la marche.

 

Au cours cette épreuve éprouvante, sept pilotes ont cassé leurs moteurs.

 

Après la course

Le public salue le succès de Jochen Rindt comme celui d'un compatriote. Cette nouvelle victoire ne fut pas facile à obtenir pour l'Autrichien, mais elle le rapproche encore un peu plus de la couronne mondiale. En effet, il totalise désormais 45 points, soit vingt de mieux que Brabham. Hulme apparaît à la troisième place du championnat des pilotes avec 20 unités, une de plus que Stewart.

 

Ickx totalise dix points, ce qui ne devrait pas lui permettre de menacer Rindt au championnat. Toutefois, il apparaît désormais comme son principal adversaire sur la piste.

 

Chez les constructeurs, Lotus a maintenant dix-sept points d'avance sur March. Celle-ci est de plus en plus menacée par Brabham et par McLaren.

Tony