Dorino SERAFINI
 D.SERAFINI
A.ASCARI
Ferrari
Giuseppe FARINA
 G.FARINA
Alfa Romeo
Luigi FAGIOLI
 L.FAGIOLI
Alfa Romeo

7e Grand Prix

XXI Gran Premio d'Italia
Ensoleillé
3 septembre 1950 - Monza
80 tours x 6.300 km - 504.000 km
Affiche
F1

Le saviez-vous ?

Pilote
Giuseppe FARINA est Champion du Monde
Constructeur
Moteur
Giuseppe Farina en route vers le titre de Champion du Monde.

Cette ultime épreuve doit décerner le titre de ce premier championnat du monde des conducteurs de F1.

 

De ce fait, Alfa-Romeo a renforcé son équipe des "3FA" en y adjoignant Sanesi et Taruffi sur leurs "158 Alfetta" habituelles. Ferrari aligne ses nouvelles 375F1 (V12 , 80 x 74,5 mm , 4.493,73 cm3) mais A.Ascari est secondé par D.Serafini qui remplace "Gigi" Villoresi qui s'est blessé et est donc forfait pour cette course. P.Whitehead est au volant de sa 125F1 et le vétéran C.Biondetti a engagé sa 166SC équipée d'un moteur Jaguar de 3,4l. On trouve ensuite les Maserati 4 CLT/48 d'usine de L.Chiron et F.Roll, celle de la Scuderia Ambrosiana de D.Murray, celles de l'écurie Palte pour Bira et de Graffenried, et celles de l'écurie Milano pour Comotti, Bonetto et Pietsch. Talbot-Lago est représenté par Etancelin, Rosier, Sommer, Levegh, Mairesse, Louveau et Claes . Le plateau est complété par les Simca-Gordini T15 de Manzon et Trintignant et l'E.R.A. de Harrisson.

 

Les essais sont dominés, encore une fois, par les Alfa-Romeo, Fangio réussissant le meilleur temps à 191,716 km/h. Derrière lui on trouve la Ferrari 375F1 d'Ascari, Serafini réalisant le 6e temps derrière Farina, Sanesi et Fagioli mais devant Taruffi (7e). Les deux premières lignes sont donc italiennes excepté Sommer (dont ce sera le dernier GP) qui réalise sur sa Talbot-Lago le 8e temps. F. Bonetto ne prend pas le départ et donc seuls 26 pilotes s'élancent pour cette dernière épreuve.

 

Fangio en pole a toutes les chances de devenir Champion du Monde, mais c'est Farina qui s'élance en tête devant Fangio, Sanesi et Ascari. Dans ses mémoires l'argentin laisse à penser que les italiens avaient favorisé Farina: "son Alfa 158 avait été dotée d'une puissance augmentée par les techniciens de l'usine". Ascari revient dans les roues de Farina et dans les premiers tours le classement est le suivant : Farina-Ascari-Fangio-Sanesi-Taruffi-Fagioli-Serafini-Sommer.

Au 7e tour Fangio fixe le record du tour à 188,372 km/h. Au 12e tour, abandon de Sanesi (Alfa) sur casse moteur. Mais déjà avaient abandonné : les Maserati de Pietsch et Bira sur bris moteur et la Simca-Gordini de Manzon (7e tour) sur problème de transmission. Au 14e tour Ascari attaque et passe Farina montrant tout le potentiel de la nouvelle 375F1, mais au 16e tour Farina reprend le commandement. La bataille fait rage en tête mais au 20e tour le moteur d'Ascari casse (soupape) et c'est l'abandon. Entre temps les abandons se sont multipliés : Trintignant et Chiron au 13e tour, Comotti au 15e tour et Biondetti au 17e tour.

Au 24e tour, Fangio qui est alors 3e est contraint à l'abandon (boîte de vitesses cassée) . Il reprend (comme lui autorise le règlement) le volant de l'Alfa de Taruffi et au 26e tour, il se retrouve second derrière Farina et devant Fagioli-Serafini-Sommer-Etancelin, etc ...

Les Alfa procèdent à leur premier ravitaillement, Farina conserve la tête avec 1mn02s sur Fagioli que talonne Serafini. Au 34e tour nouvel abandon de Fangio avec un problème moteur (soupape) c'est le tournant de la course, ses espoirs au championnat du monde s'envolent définitivement.

 

Dorino Serafini s'arrête pour ravitailler et c'est Ascari qui reprend le volant de la 375F1 à la plus grande joie des "tifosi". A mi-course (40e tour) le classement est le suivant : Farina-Fagioli (à 2mn15s)-Ascari (à 2mn39s) puis viennent Sommer-Etancelin et Rosier sur Talbot-Lago.

Farina ayant reçu la consigne de ménager sa mécanique n'a plus au 50e tour que 1mn30s d'avance sur Fagioli qui est talonné à 3s par Ascari. Sommer a abandonné au 48e tour boîte de vitesses cassée. Ascari s'arrête un moment pour faire vérifier ses roues arrière et repart sans les changer. Fagioli s'arrête au 51e tour pour ravitailler ce qui permet à Ascari d'accéder à la 2e place et de se lancer à la poursuite de Farina.

Mais celui-ci sait gérer son avance et ne sera jamais rejoint malgré le forcing d'Ascari. Derrière Fagioli ne peut revenir sur la Ferrari, au 58e tour Rosier (Talbot) passe Etancelin (Talbot) dont les freins commencent à donner des signes de fatigue et se retrouve 4e.

Farina enlève la course avec 1mn18s6/10e sur le tandem Ascari-Serafini (176,542 km/h de moyenne) et 1mn35s6/10e sur Fagioli. Suivent : Rosier (Talbot) - Etancelin (Talbot) - de Graffenried (Maserati) et Whitehead (Ferrari).

 

Nino Farina enlève donc ce premier championnat du monde (30 pts) devant Fangio (26,5 pts) et Fagioli (24 pts), le français Louis Rosier étant 4e. Carton plein pour Alfa-Romeo !

Michel