Patrick DEPAILLER
...
Patrick André Eugène Joseph Depailler
Nation : France
Born the 9 august 1944 - Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme)
Die the 1 august 1980 - Heidelberg (Allemagne - Bade-Wurtemberg) - 35 years - Accident durant des essais à Hockenheim sur Alfa Romeo
First Grand Prix :
France 1972
Last Grand Prix :
Britain 1980
Best result :
1st
Best grid place :
1st
Best ranked in the World Championship : 4th in  1976
1
1
6
2
6
3
9
4
6
5
4
6
6
7
6
8
3
9
8
10
5
11
10
12
11
13
2
14
4
15
4
16
1
17
1
18
19
20
1
21
22
1
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Rank on starting grid
2
1
10
2
7
3
6
4
6
5
5
6
3
7
4
8
5
9
10
3
11
1
12
1
13
1
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Rank on finish line

Patrick Depailler était un pilote qui gagnait peu, mais qui s'est retrouvé deuxième à maintes reprises.

 

Né à Clermont-Ferrand, Patrick débute sa carrière automobile, dans les années 60. Il participe à quelques courses de voitures de sport avec une Renault Alpine, terminant troisième lors des 1000 km de Monza en 1968. En 1970, il court dans le championnat de F2 avec des Pygmée, il ne sera jamais classé. La saison suivante, il dispute le championnat de France de F3, remportant cinq épreuves et le titre. Il remporte également le Grand Prix de Monaco de F3, ce qui lui ouvre les portes de la F1.

 

Ken Tyrrell lui permet de disputer deux courses dans le championnat du monde de F1. Aux USA, il termine septième, aux portes des points. Pendant ce temps, Patrick commence à briller en F2, même s'il ne remporte aucune victoire, il termine deuxième à Pau, Enna-Pergusa et Albi. La situation se répète la saison suivante, il termine deuxième lors de quatre courses, mais toujours pas de victoires. Cela ne l'empêche pas de disputer en 1974 sa première saison entière en F1. La saison est difficile, mais Patrick s'illustre lors du Grand Prix de Suède, où il décroche la pole-position, puis termine à la deuxième place derrière son coéquipier Jody Scheckter. Cette même année, Patrick remporte quatre épreuves du championnat européen de F2, il décroche ainsi le titre.

 

En 1975, Patrick ne réalise pas de véritables performances, si ce n'est un podium en Afrique du Sud, et une deuxième place lors du Grand Prix de Suisse hors-championnat, disputé en France sur le circuit de Dijon-Prenois. En 1976, Patrick débute avec la 007, terminant deuxième au Brésil et troisième aux USA. Puis il a entre les mains la P34, une Formule 1 à six roues. Avec cette voiture, Patrick monte sur le podium à cinq reprises et mène brièvement le Grand Prix du Japon. Au final, Patrick terminera à la quatrième place du classement. La saison suivante, il dispose d'une nouvelle version de la P34, moins fiable et moins performante que l'année précédente, mais cela ne l'empêche pas de terminer sur le podium à trois reprises. Déjà douze podiums dans sa carrière de F1, et jamais sur la plus haute marche !

 

En 1978, Patrick réalise un magnifique début de saison, il termine troisième en Argentine, aux USA, et obtient une deuxième place sur le tracé de Kyalami. Et finalement, la victoire va enfin lui sourire, dans les rues monégasques. Vers la mi-course, Patrick dépasse Watson et mène la course jusqu'à son terme. Cette victoire lui permet du même coup de se retrouver leader au championnat. Puis le pilote français connait des moments difficiles, la voiture l'obligeant à abdiquer avant la fin, tandis que Mario Andretti file droit vers le titre. Il termine deuxième sur le tracé autrichien de l'Österreichring.

 

A la fin de la saison, il quitte Tyrrell pour Ligier. Avec les voitures bleues, il se place idéalement sur la grille de départ et remporte une seconde victoire en Espagne. Puis le pilote français est victime d'un accident de deltaplane, il doit attendre 1980 pour reprendre le volant, avec Alfa Romeo. Le début de saison, est catastrophique, sur huit courses, sa voiture l'oblige à abandonner à sept reprises, et à Kyalami, il n'est pas classé, il accuse quinze tours de retard sur Arnoux !

 

Le 1er août, Patrick Depailler effectue des essais sur le circuit d'Hockenheim, l'ancien tracé qui comptait une longue ligne droite qui lui sera fatale. Il avait 35 ans.

Julien